Voici i-Road, un véhicule 100% électrique, mis en libre service dans les rues de la métropole alpine depuis le début d’octobre 2014.

Une i-Road de Toyota circule dans les rues de Grenoble capture youtube
FUTUR. Ce sont des véhicules rares qui arpentent, depuis le début du mois d’octobre 2014 les rues de Grenoble. Pas moins de 70 engins 100% électriques sont désormais à la disposition des habitants de la ville et des agglomérations environnantes. Ces engins qui offrent une autonomie d’une cinquantaine de km sont présentés dans la vidéo ci-dessous :

Vidéo de présentation des nouveaux services de véhicules électriques en autopartage dans Grenoble.La moitié de ces véhicule consiste en des « COMS », fabriquées par Toyota. Des voiturettes monoplaces pourvues d’un coffre.

De tels engins sont déjà en service au Japon depuis deux ans. Vous pouvez les découvrir dans la vidéo de présentation ci-dessous :

PENCHÉ. L’autre moitié de la flotte de véhicule mise à disposition des grenoblois est plus insolite. Il s’agit en effet de l’i-Road, un véhicule électrique biplace qui s’incline automatiquement dans les virages. Cet OVNI mi-voiturette mi-scooter est équipé d’une roue arrière directionnelle qui pivote pour faire tourner le véhicule.

Il n’en existe qu’une cinquantaine dans le monde

« Dans les sensations, c’est un peu comme descendre une pente enneigée sur des skis » nous a confié Jean-Yves Jault, directeur de communication Europe pour Toyota, que Sciences et Avenir a rencontré durant le Mondial de l’Automobile de Paris. « Il n’en existe qu’une cinquantaine dans le monde ! » précise-t-il. FORMATION. Mais si l’i-Road a l’air amusant à piloter, il est impossible d’en prendre le volant sans formation préalable. « En effet, les sensation sont différentes de celles d’une voiture classique, et vous ne ferez pas un créneau du tout de la même manière » précise Jean-Yves Jault. De ce fait, une prise en main d’une heure et demie, dispensée à Grenoble, est indispensable pour pouvoir se faufiler dans la circulation au volant d’une i-Road.

Un projet pilote complémentaire aux autres modes de transport

Une fois formés les utilisateurs de ce nouveau service pourront à l’aide de leur smartphone, réserver leur véhicule, trouver la station de charge la plus proche, et consulter la liste de celles dans lesquelles des véhicules sont disponibles.

« L’objectif de ce nouveau service n’est pas de concurrencer les transports en commun existants, précise Jean-Yves Jault. Les stations de recharge sont placées à des endroits stratégiques. Notamment à proximité des arrêts de bus ou de tram, ainsi que des gares. Il vient en complément de ceux-ci car on veut favoriser l’inter-modalité ».

COÛT. Les tarifs ? La location est facturée 3 euros pour le premier quart d’heure, 2 euros pour le suivant, puis un euro le 1/4 d’heure ensuite. Et comptez un euro de moins si vous êtes abonnés aux transports de la ville.

Une expérience pilote pendant 3 ans

Pour accueillir cette flotte de COMS et d’i-Road, 27 nouvelles stations de recharge ont été installées sur l’agglomération et la communauté d’agglomérations alentours.

COMPATIBLES. Désormais, 120 points de recharge sont à la disposition de ces nouveaux véhicules, mais pas que…

« En effet, les stations de recharge sont également pourvues de dispositifs de recharge multistandards compatibles avec tous les véhicules électriques du marché » détaille Jean-Yves Jault.

« Ce projet pilote, en partenariat avec EDF, la communauté d’aglomération, la ville de Grenoble, Toyota et l’opérateur d’autopartage Cité lib, devrait durer trois ans au bout desquels nous en tirerons le bilan » conclut le directeur de la communication de Toyota.

Publicités