Photo d’illustration extraite du film I, Robot de Alex Proyas.

Depuis quelques mois, le gouvernement norvégien a pris la décision de financer un projet pour le moins inédit : des « robots tueurs » ou « munitions partiellement autonomes ».

En résumé, cet équipement qui sera installé sur des avions de combat pourra, sans intervention humaine, prendre la décision de tuer une cible. Un développement technologique qui pose évidemment question, peut-on lire sur Le Courrier International.

proxy« Qui sera tenu responsable en cas d’erreur ou d’attaque? Que se passera-t-il si l’humain disparaît totalement du champ de bataille au profit des machines? »

Autant de questions posées par le journal The Local.

Alexander Harang, membre de la Ligue norvégienne pour la paix, exige un débat au Parlement norvégien. Une demande qui date de l’époque où le projet avait été lancé. Elle n’a jamais abouti.

Christof Heyns, le rapporteur de l’ONU, est également inquiet par rapport à ce projet.

« Ces dix dernières années, la distance entre le soldat et sa cible a considérablement augmenté. Mais, dans ce cas-ci, l’arme devient le combattant. Nous devons être attentifs aux questions éthiques« . Depuis plus d’un an et demi, il réclame un moratoire en attendant la définition d’un cadre juridique, explique Le Monde.

La ministre norvégienne de la Défense, interrogée à ce sujet, a refusé que le projet sois mis en suspens.

« Il serait inopportun d’interdire le développement des robots tueurs. Il est d’ailleurs difficile de savoir ce que recouvre cette notion puisqu’aucune technologie ne peut actuellement recevoir ce qualificatif« , a-t-elle déclaré.

En tous les cas, les débats sur les robots s’annoncent de plus en plus fréquents au vu des derniers progrès scientifiques à ce sujet.

A VOIR EGALEMENT: dossier « Robots »
> Bientôt des patrouilleurs robots vont protéger les navires américains
> Un robot avec un comportement humain, Byrun
> Un flashmob de robots à Harvard

Publicités