DR  METEORITEEspace – «J’ai vu une boule de feu énorme tomber pas loin de moi. J’ai eu très peur. Je ne suis pas allé voir l’endroit où elle s’est écrasée, probablement vers Bruguières ou Castelginest. Je suis rentré chez moi».


C’est encore très impressionné que, Serge, habitant d’Aucamville, s’est adressé à notre journal, hier matin. Il est 1 h 08 exactement à sa montre lorsque, arrêté au feu rouge du croisement entre la départementale 820 et la rue Allende, l’homme voit une lueur étrange filer dans le ciel. Pas le temps de sortir son téléphone portable pour prendre une photo que la boule disparaît aussitôt laissant derrière elle «une longue traînée de fumée», confie le témoin informé, comme beaucoup… de la chute du cargo spatial russe alors imminente. Cet engin, envoyé pour ravitailler la station internationale, confronté à des problèmes, a entamé une descente folle vers la terre après être devenu incontrôlable.

L’agence spatiale russe n’avait pas été capable non plus de dire où et quand il rentrerait dans l’atmosphère… Du coup, le cargo est devenu une épée de Damoclès pour beaucoup de Terriens…
Sauf pour Xavier Passot. Joint hier, le directeur du Geipan (1), actuellement à l’étranger, a expliqué:

«qu’il ne s’agissait probablement pas de débris du Cargo. Il s’est désintégré au-dessus du Pacifique. Je verrais plutôt une belle météorite. Les observateurs pensent les voir près d’eux car ils n’ont pas de repères visuels. En mars, un pilote d’avion a cru être «frôlé» par une météorite qui, en réalité, est passée à 200 km de lui ! Pour l’observation d’Aucamville, les caméras du Cnes diront peut-être en début de semaine ce que c’était…».

À suivre donc.

(1) Groupement d’études et d’information des phénomènes aérospatiaux non identifiés.

A LIRE: Dossier France – Espace – Astronomie

Publicités