Un cargo Progress russe le 30 juin 2009 ©HO / NASA / AFP
Un cargo Progress russe le 30 juin 2009 ©HO / NASA / AFP

Le vaisseau est retombé comme prévu vendredi 8 mai 2015 à 4 H 20 heure de Paris à l’ouest du Chili.

Conformément aux précisions des différentes agences spatiales le cargo russe Progress a effectué sa rentrée incontrôlée dans la nuit du 7 au 8 mai 2015, à 4 H 20 du matin.

« Ce temps correspond à une altitude de 80 km (soit 10 minutes avant l’impact des derniers débris au sol) explique l’ESA sur son site.

C’est aussi le moment durant lequel le vaisseau, en cours de combustion du fait des frottements avec l’atmosphère était le plus chaud et donc le plus visible depuis l’espace. A ce moment là, le cargo se trouvait au dessus de l’océan Pacifique :

Lieu où se trouvait le cargo progress lors de sa rentrée atmosphérique, 10 minutes avant de toucher le sol

Les éventuels débris qui ne se seraient pas consommés dans l’atmosphère sont donc retombés dans l’océan. Dès le 5 mai, l’agence russe Roskosmos avait annoncé dans un communiqué que le vaisseau « cesserait d’exister » le 8 mai. Toutefois, quelques heures avant l’impact, il était encore difficile de prédire l’endroit et le lieu où la rentrée atmosphérique allait se produire.

L’agence russe rappelait, comme nous vous l’avions déjà signalé, que le vaisseau allait complètement brûler dans l’atmosphère, et que seuls « quelques petits morceaux d’éléments structurels » pourraient atteindre la surface de notre planète.

Le vaisseau avait décollé du cosmodrome de Baïkonour mardi 28 avril 2015, à 9h09, heure de Paris, à bord d’une fusée Soyouz. « Mais 1,5 seconde avant la séparation du véhicule, nous avons constaté une perte de télémétrie« , avait précisé l’agence spatiale russe, annonçant officiellement l’échec de la mission de ravitaillement de l’ISS à laquelle ce cargo se destinait.

Quelques minutes après le décollage, la liaison a été rétablie de manière sporadique avant que tout contact ne soit finalement rompu. Ne pouvant plus recevoir d’ordres pour actionner ses moteurs, le cargo, en rotation sur lui-même est actuellement à la dérive dans l’espace.

« Il n’y a absolument aucun danger de collision avec la station spatiale internationale« , a rapidement précisé l’ESA.

En effet, la station orbite à 400 km au dessus de la Terre tandis que le cargo, lui, évolue sur une orbite dont l’apogée est deux fois plus basse.

Pour les 6 astronautes qui occupent la station spatiale internationale, ce non ravitaillement ne constitue qu’un contretemps. En effet, l’équipage dispose de suffisamment de vivres, de carburant et d’oxygène pour tenir au moins quatre mois. Or, le prochain lancement est prévu le 26 mai 2015 à l’aide d’une capsule Soyouz, afin d’effectuer un changement d’équipe. Une autre mission de ravitaillement est déjà programmée le 19 juin via une capsule dragon.

A LIRE: Dossier Sciences – Espace – Astronomie

Vu sur: http://www.sciencesetavenir.fr/

Advertisements